2

La coulrophobie, ou peur des clowns, « ça » n’existe pas…

Article rédigé par Fabienne RédactriceWeb

coulrophobie-peur-des-clowns
La coulrophobie, « ça » n’existe pas…

On ne chante plus « qui a peur du grand méchant loup » mais « qui a peur du grand méchant clown ». Cette nouvelle phobie, même si elle est identifiée, n’a pourtant pas sa place dans les dictionnaires du langage courant. Eh oui, le mot « coulrophobie » n’a pour l’instant été validé par les sages en France que pour figurer dans les dictionnaires pointus et spécifiques : le grand Robert par exemple, ou toute autre version payante de nos bibles linguistiques.

Est-ce pour autant une raison de faire comme si « ça » n’existait pas ?

Car depuis ce fameux jour où l’adaptation du roman de Stephen King, son « Ça », est sortie dans les salles obscures, une vague de coulrophobes a déferlé un peu partout sur le globe. Osant enfin s’affirmer et sortir du bois (je ne parle toujours pas des loups !) le coulrophobe a depuis lors une existence, une réalité, une légitimité médicale.

Cependant, cette pathologie demeure encore trop confidentielle et si vous cherchez sur la toile à vous faire valider son orthographe et sa signification officielle, vous ne trouverez rien qui ne soit en échange de votre numéro de carte bancaire !

Tentons ici d’en faire une définition commune, universelle et au plus proche de la vérité, de ce que ressent le coulrophobe.

Qu’est-ce que la coulrophobie ?

Coulrophobie : qui vient du grec ancien coulro, qui veut dire acrobate à échasses et phobia, la peur. Que le coulrophobe lambda se rassure, il peut se rendre, serein, dans les Landes et aller voir les fameux échassiers ; « ça » n’a rien à voir !

En terme basique, la coulrophobie est la peur irraisonnée des clowns. Peu importe qu’il soit blanc, outrancièrement maquillé, ou portant un masque ; tout ce qui se rapproche de près ou de loin à ce personnage tétanise littéralement celui qui est atteint de ce mal mystérieux.

Coucou !

Sans aller jusqu’à la désigner de pathologie grave, la coulrophobie est reconnue comme pouvant handicaper la vie de nos bambins et, plus tard, de l’adulte incapable de fréquenter cirques et autre manifestation où l’on se déguise. Une angoisse démesurée l’envahit alors : « Qui se cache derrière ce sourire forcé ? » « Quelle mauvaise blague vais-je donc subir ? » « Pourquoi ses pieds immenses ? »

Autant de questions qui alimentent cette terreur provoquée par la simple vue d’un clown. Ceci étant, il faut tout de même avouer que certains clowns ne respirent pas, eux non plus, la sérénité, le bien-être et la quiétude mentale. Demandez à Batman ce qu’il pense du Joker !

La coulrophobie entrera-t-elle dans le dictionnaire ?

Toujours est-il que si irraisonnée soit-elle, cette peur phobique a bel et bien sa place dans le langage courant et fera très prochainement son entrée dans tout bon dictionnaire en ligne digne de ce nom. Gageons que réalisateurs et scénaristes adeptes du film d’horreur y seront pour beaucoup dans la reconnaissance du coulrophobe et de ses anxiétés.

Non, coulrophobe, tu n’es pas seul ! Bientôt ton mal sera reconnu de tous !

Pour ce qui est de comment le guérir, il faudra attendre encore un peu.

La coulrophobie, ou peur des clowns, « ça » n’existe pas…
4.3 (86.32%) 19 votes

Partager, c'est gratuit !

Gwenaëlle Rédactrice

2 commentaires

  1. On en apprend tous les jours ! Merci pour cette explication, moi ça va, je n’ai pas peur de « ça »… Et j’aime beaucoup ta plume…

  2. Très intéressant de connaître un mot orphelin ! Serait-il écarté par les sages car ils pensent que c’est une peur totalement loufoque ? Mais toutes les peurs sont loufoques ! Très bon article ! Merci !🙏

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *