hijab-running

Le « hijab running » : Décathlon fait marche arrière

Article écrit par Bénédicte Tabourin

Après une semaine de polémique rageuse sur les réseaux sociaux et récupérée par tous les groupes politiques, le feuilleton du « Hijab running » Kalenji (la gamme de course à pied de l’enseigne) voit aujourd’hui sa conclusion. Décathlon renonce finalement à commercialiser le vêtement en France.

hijab-running

La genèse de la polémique

Un utilisateur de Twitter repère le 21 février sur le site de Décathlon le couvre-chef incriminé. Le hijab de running y est présenté comme répondant au besoin de « femmes pratiquant la course à pied et désireuses de se couvrir le cou et les cheveux ». L’internaute se rapproche alors du géant de l’équipement sportif qui l’informe que cet article est destiné au marché marocain uniquement.
Trois jours plus tard, une députée Les Républicains lance un tweet assassin accusant la marque de « se soumettre à l’islamisme » au nom du sacro-saint profit et de renier ainsi les valeurs de la République.
La polémique prend de l’ampleur et atteint les groupes politiques, toutes couleurs confondues.

Face aux agressions, Décathlon renonce

Les internautes se déchainent, les politiques monopolisent le micro et, bientôt, les employés des magasins se font agresser verbalement, voire physiquement, par des clients.
Devant le tollé, Décathlon abandonne le projet de commercialisation du hijab de course en France.

La mode « pudique », un marché en pleine expansion

Le hijab running n’est pas le premier vêtement à provoquer de vifs débats en France (souvenez-vous du burkini l’été dernier ! Emmanuel Macron avait alors proclamé « qu’il n’était pas conforme à nos civilités. »)
On parle de liberté des femmes. Oui, mais qui doit décider de leur émancipation ? Est-ce aux politiques de se soustraire à l’individu ? Le sujet est nébuleux et continue de diviser.
Pourtant, vu de l’étranger, cette nouvelle « crise des chiffons » fait doucement rire.
D’autres grandes marques se sont en effet lancées dans la mode dite « pudique », notamment Nike aux Etats-Unis ou H&M. Le marché potentiel est énorme et ne cesse de croître :

– le marché mondial de ce secteur est estimé à 240 milliards d’euros en 2018 ;
– les prévisions pour 2023 sont d’environ 320 milliards d’euros.

Au temps pour Décathlon, l’enseigne n’aura pas sa part du gâteau, pas en France en tout cas !

Hijabgate

La question semble ici purement politique, l’enseigne ayant légalement le droit de commercialiser son hijab.
En effet, à quelques semaines des élections européennes, la polémique enfle et alimente les discours haineux et racistes de certains groupes politiques radicaux (pourtant aussi radicaux que la religion qu’ils incriminent !)

On en oublierait presque la crise des Gilets Jaunes ou l’encombrant Alexandre Benala.
De là à crier au « Hijabgate »…

Partager, c'est gratuit !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *